IV. Perspectives

A. Eau et assainissement au cœur des enjeux de l’ONU

Une prise de conscience de la priorité à donner à l’assainissement se produit depuis quelques années. L’Assemblée générale des Nations unies a ainsi proclamé 2008 Année internationale de l’assainissement.

Quelques années plus tôt, en 2000, l’assainissement fait partie des objectifs du millénaire pour le développement (OMD) : diviser par deux le pourcentage de personnes n’ayant pas accès à des sanitaires d’ici à 2015.

Les objectifs du millénaire pour le développement ont été rédigés par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) sur la base d’une idée directrice : l’inégalité de la condition humaine dans le monde n’est pas inéluctable et il convient de réduire les facteurs qui en sont responsables, tels que l’assainissement. Ils ont pour but de réduire d’ici à 2015 la pauvreté extrême et d’accroître la liberté humaine. Les thèmes dominant la réflexion développée dans les OMD sont la pauvreté, la faim, l’éducation, la santé et l’égalité des sexes.

L’objectif 7, intitulé « Préserver l’environnement », inclut les problématiques liées à l’eau. La cible 7.C. en particulier, « Réduire de moitié, d’ici à 2015, le pourcentage de la population qui n’a pas d’accès à un approvisionnement en eau potable ni à des services d’assainissement de base », propose une réflexion sur une gestion globale et durable de la ressource en eau. Cependant, la question de l’eau est présente dans chacun des huit objectifs.

Depuis 1990, le nombre de personnes utilisant des installations sanitaires améliorées a augmenté de plus d’un milliard. Le taux de couverture par un assainissement de base est ainsi passé de 18 % à 35 % entre 1990 et 2004 en Asie du Sud. Néanmoins, un pourcentage peut masquer une réalité différente. Si partout dans le monde le pourcentage de personnes n’ayant pas accès à des infrastructures d’assainissement baisse, il convient de garder à l’esprit que le nombre de personnes continue quant à lui d’augmenter, du fait de l’accroissement démographique (en Afrique, le nombre de personnes non équipées est ainsi passé de 353 000 à 463 000 en quinze ans (source : Assurer l’assainissement pour tous, Arene Île-de-France, pS-Eau, SIAAP, 2009).

Pour conclure, malgré les améliorations en cours, il est d’ores et déjà établi que les OMD en matière d’assainissement ne seront pas atteints partout : on estime qu’il faudra attendre 2019 pour l’Asie du Sud et 2076 pour l’Afrique. 

B. Comblement du déficit d’assainissement

Le déficit d’assainissement apparaît comme un révélateur de pauvreté et les conséquences des maladies hydriques qui lui sont associées sont, à l’échelle mondiale, dramatiques et diverses.

Il est apparu que les projets de traitement des eaux usées se montrent plus efficaces que ceux favorisant l’approvisionnement en eau potable ; "une amélioration de l’assainissement permet de réduire la morbidité diarrhéique de 36 %, tandis qu’une amélioration de la qualité de l’eau potable permet de l’abattre de 16 %" (source : Eau, hygiène, assainissement pour les populations à risque, Action contre la faim, Hermann, 2006). Pourtant les projets d’adduction d’eau potable sont souvent privilégiés, ce besoin étant plus aisément identifiable.

Certaines études socio-économiques ont mis en évidence que le combat mené par les institutions internationales, les États, les collectivités, les ONG et autres structures diverses pour combler ce déficit d’assainissement pourrait être gagné à condition d’y consacrer les fonds nécessaires.

Selon les Nations unies, il faudrait 10 milliards de dollars par an pendant dix à vingt ans pour gagner la bataille de l’assainissement, soit :

  • moins de 1 % des dépenses militaires mondiales ;
  • un tiers des dépenses mondiales en bouteilles d’eau ;
  • l’équivalent de ce que les Européens dépensent chaque année en glaces.

En outre, les investissements dans l’assainissement sont particulièrement rentables : "chaque dollar investi dans l’assainissement se traduit en moyenne par un retour sur investissement de 7 dollars" (source OMS).