Glossaire

Agglomération d'assainissement

Il s'agit d'une zone dans laquelle « la population ou les activités économiques sont suffisamment concentrées pour qu'il soit possible de collecter les eaux usées pour les acheminer vers une station d'épuration ou un point de rejet final », au sens du premier article du décret n°2006-503. Ce n'est pas une division administrative ; elle ne tient donc pas compte des limites des communes. Il peut y avoir plusieurs stations d'épuration.

Anoxie

Conditions d'oxydo-réduction appliquées au traitement biologique d’épuration des eaux où l'oxygène est absent sous sa forme dissoute (molécule O2 ou dioxygène), mais présent sous une forme liée à l'azote (par exemple ion nitrate NO3-), ce qui permet de réaliser la dénitrification.

Aquifère
(nappe aquifère)

Formation souterraine contenant de l'eau, constituée de roches perméables, de sables ou de graviers, et capable de stocker des quantités d'eau importantes de façon temporaire ou permanente. Des systèmes d'assainissement défectueux et les rejets diffus agricoles peuvent affecter la qualité des nappes aquifères.

Assainissement

Ensemble des techniques de collecte, de transport et de traitement des eaux usées avant leur rejet dans le milieu naturel. L'élimination des boues d’épuration issues des dispositifs de traitement fait partie de l'assainissement. Selon la localisation de l’habitation et le choix de la collectivité, on distingue deux grands systèmes de collecte et d’épuration : l'assainissement collectif (pour une agglomération) et l'assainissement individuel (pour une habitation non reliée à un réseau d’assainissement).

L’assainissement collectif est particulièrement adapté à l’habitat groupé et impératif en zone urbaine. Les eaux usées de la ville doivent être dépolluées et sont pour cela conduites par des canalisations souterraines (égouts, collecteurs, émissaires) vers une station d’épuration, où elles sont débarrassées de leurs pollutions. Les eaux usées comprennent les eaux usées domestiques, une partie des eaux usées industrielles – parfois prétraitées – et dans certains cas les eaux pluviales. Il existe différents types de systèmes d’assainissement collectif et de nombreux procédés d’épuration disponibles, pouvant être physiques, chimiques et biologiques. En France, 79 % de la population est raccordée à un réseau d’assainissement collectif, conduisant à une station d’épuration. On compte 19 430 stations d'épuration en 2011.

L’assainissement individuel, aussi appelé assainissement non collectif (ANC) ou autonome, est utilisé en zone d’habitat dispersé. Un système d’assainissement est mis en place au niveau de chaque habitation ou pour un petit groupe d’habitations. Situé à proximité de la maison, le système comprend en général un dispositif de collecte des eaux usées, une fosse toutes eaux assurant un prétraitement anaérobie, éventuellement un bac à graisses et un dispositif d’épandage par dispersion dans le sol.

Autoépuration

Processus naturel physique, chimique et biologique permettant à un milieu, eau ou sol, de retrouver son état naturel par la transformation et l'élimination des pollutions. Dans le cas d'un écosystème aquatique, l'élimination puis la minéralisation de la charge organique est réalisée par des organismes décomposeurs.

Autotrophe

Se dit d'un organisme capable de synthétiser la matière organique dont il a besoin à partir de matières nutritives inorganiques (uniquement minérales : le CO2 ou les bicarbonates comme seule source de carbone), et de tirer leur énergie de la lumière (photo-autotrophe) comme c'est le cas des organismes chlorophylliens ou de réactions d'oxydo-réduction simples (chimio-lithotrophe) comme les bactéries nitrifiantes ou sulfo-oxydantes.

La caractéristique d'autrotrophie de certaines bactéries présentes dans les bassins de traitement biologique est utile pour réaliser la nitrification.

Bactérie

Micro-organisme unicellulaire sans noyau dont le matériel génétique n’est pas protégé par une coque. Les bactéries forment un règne autonome, ni animal ni végétal, composé de formes très variées. Elles présentent la particularité de pouvoir se développer dans tous les milieux. Cette caractéristique, appelée ubiquité bactérienne, implique leur présence dans tous les écosystèmes. Seule une faible proportion du monde bactérien (environ 3 %) est pathogène. Un grand nombre de bactéries vivent en symbiose avec notre organisme et participent notamment au processus de digestion des aliments. Dans les milieux naturels, les bactéries ont un rôle important dans l’autoépuration. En assainissement, le pouvoir épurateur des bactéries est exploité pour la dépollution des eaux usées. Les procédés mettant en œuvre des micro-organismes sont appelés traitements biologiques. 

Barrage flottant

En région parisienne, équipement installé par le SIAAP (Service public de l'assainissement francilien) contre la rive d'un cours d'eau – Seine et Marne – pour combattre la pollution visuelle en piégeant les détritus. Un barrage flottant est constitué de deux grilles superposées qui captent les déchets. L'ensemble est solidement amarré à des pieux plantés dans le lit du fleuve. Le barrage est vidé régulièrement par des bateaux nettoyeurs, équipés d'un tapis roulant qui hisse les déchets à bord. Les détritus se composent de déchets verts (végétaux, feuilles mortes et branches) et de déchets urbains divers (bouteilles, sacs plastiques).

Bassin versant

Zone géographique sur laquelle toutes les eaux (précipitations, rivières) convergent vers un exutoire commun, l'embouchure d'un fleuve par exemple. En assainissement, on parle de bassin de collecte pour décrire le territoire dont les eaux usées sont conduites vers une station d'épuration.

Biocoenose

Totalité des êtres vivants peuplant un écosystème donné.

On peut parler de la biocoenose d'un fleuve et de celle des boues d'épuration.